Plus de brasserie à l’aéroport de Boulogne-sur-Mer

Seulement deux ans après avoir ouvert ses portes, la brasserie de l’aéroport de Boulogne-sur-Mer est contrainte de fermer. En effet, le tribunal de commerce de la commune vient de prononcer son avis de liquidation judiciaire à l’encontre de l’entreprise.

La liquidation judiciaire, c’est quoi au juste ?

Pour ceux qui ne connaissent pas la procédure, la liquidation judiciaire est le dernier recours qu’utilise le tribunal de commerce dans son traitement d’un dossier d’une entreprise en faillite. Après avoir mis le débiteur, qui n’arrive plus à régler ses dettes, en situation de sauvegarde puis en redressement judiciaire, le tribunal décide de liquider l’entreprise si elle constate l’impossibilité de la réussite d’un plan de redressement ou de cession des activités, en se référant aux rapports émis par l’administrateur judiciaire qui se doit d’informer le juge-commissaire de l’évolution de la situation du débiteur.

Cette décision implique la fermeture de l’entreprise, la vente aux enchères de ses actifs dans le but de couvrir son passif. L’opération s’effectue sous la conduite d’un mandataire judiciaire, désigné par le juge-commissaire comme liquidateur.

La brasserie victime de l’inactivité de l’aéroport 

Passée par une suite d’événements qui ont affecté son activité, la brasserie de l’aéroport a souffert d’un manque énorme de clientèle ce qui a fini par lui coûter cher. L’exploitation du commerce, Guillaume Gossart, explique déjà que l’aéroport a trop perdu au niveau des voyages d’affaires ce qui a coûté des clients de calibre pour la brasserie. L’absence d’un directeur pèse lourd également. De l’autre côté, certaines opérations que l’aéroport a réalisées ont ralenti l’activité de la brasserie. « L’aéroport a été fermé environ trois mois en raison du démantèlement de la « jungle » ou des menaces d’attentat. J’ai par exemple perdu des week-ends de parachutiste, ce qui représente 6 000 € à chaque fois. » regrette-t-il.

Autre que ces remarques, Guillaume Gossart a désigné du doigt les travaux qui ont été effectués dans le terminal dans le cadre de sa rénovation ce qui a bloqué l’artère principale qui conduisait vers son local. Au moment de ces travaux, la brasserie avait signé une convention avec la société du port de Calais pour faciliter le passage des poids lourds et leurs chauffeurs A cause des travaux, cela n’était plus possible et la brasserie a perdu d’autres clients.

Après la brasserie des aviateurs, fermée en juin 2013, voici alors la brasserie des passagers qui vient de claquer la porte via une procédure de liquidation judiciaire.

 

Author: John Smith

Share This Post On