Le marketing bancaire au service des PME

La finance entrepreneuriale : une approche collaborative de la finance

La finance entrepreneuriale traite des relations de l’entrepreneur à la finance dans le cadre de son projet de création d’entreprise. Il s’agit d’un vaste domaine, qui va de l’évaluation des connaissances financières de l’entrepreneur jusqu’à la problématique de l’introduction en Bourse de la jeune société, en passant par l’élaboration du business plan ou l’optimisation de la stratégie de financement de l’entreprise naissante. Les PME (petites et moyennes entreprises) françaises s’arrêtent souvent de grandir lorsqu’elles atteignent de 80 à 90 salariés. D’où le non-renouvellement du CAC 40 : parmi les 100 plus grandes entreprises françaises, 85 existaient déjà il y a vingt ans, contre seulement 30 des 100 plus grandes entreprises aux États-Unis, où de nombreuses start-up, comme Google sont parvenues dans les sommets du classement.

Gestion financière des PME


Selon l’économiste français Cohen “en Europe, les entreprises naissent pour devenir moyennes et petites. Tandis qu’Aux États-Unis, les entreprises naissent et peuvent devenir des leaders mondiaux dans leur marché (leur domaine), notamment dans les industries émergentes. Ce constat met en question les freins à la croissance des petites entreprises, et plus particulièrement des start-up, c’est-à-dire des jeunes entreprises fondées sur un projet innovant et a priori susceptibles de connaître les taux de croissance les plus rapides. Parmi les facteurs explicatifs souvent cités pour expliquer cette situation (les soucis pour attirer les meilleurs diplômés, l’absence d’interlocuteur unique, les lourdeurs administratives…), les difficultés d’accès au financement sont souvent mises en avant. À côté de la complexité des systèmes d’aide à la création d’entreprises, l’accès au financement en fonds propre (auprès de business angels ou d’investisseur en capital-risque) est généralement considéré comme très difficile par les créateurs d’entreprises promises à un développement rapide. Cette difficulté perçue vient pour une large part d’une méconnaissance du mode de fonctionnement de l’univers de l’investissement et de ses pratiques.

Avant d’ouvrir son capital à des investisseurs, il convient de répondre à trois questions :

À quel type d’investisseurs faut-il s’adresser ? Comment prépare-t-on une levée de fonds ? Comment la relation avec l’investisseur s’organisera-t-elle, une fois celui-ci entré au capital de l’entreprise ?
En matière de financement de l’économie réelle, A Plus Finance (une société de gestion de portefeuille indépendante, spécialisée dans le capital investissement) accompagne les PME déjà bien établies dans leurs activités. Cette dernière investit, depuis plus de quinze ans, dans l’économie réelle à travers des actifs non cotés.
A Plus Finance est agréée AIFM (Alternative Investment Fund Managers) depuis mars 2013. Au 25 décembre 2018, les actifs conseillés ou gérés s’élèvent à 980 millions d’euros, dont plus de 70 % pour le compte d’institutionnels.

Author: John Smith

Share This Post On