La détention du théologien suisse provoque une vague de soutien

 

Dans les milieux de l’islam militant, le maintien en détention de l’intellectuel suisse a déclenché un mouvement de protestation très actif.

Un incroyable élan de solidarité

 

Estimant que son droit à la présomption d’innocence bafoué et sans état de santé négligé, on constate que depuis plusieurs semaines des voix s’élèvent de plus en plus pour s’émouvoir du traitement judiciaire réservé au quinquagénaire genevois, Tariq Ramadan, mis en examen puis incarcéré pour ‘‘ actes immoraux ’’, et ce, depuis le 2 février. À l’audience du 22 février, la Cour d’appel de Paris, s’est prononcée sur le maintien en détention provisoire de l’intellectuel, qui ne cesse de clamer son innocence et de réclamer sa remise en liberté pour raisons médicales. Il affirme en effet, souffrir depuis quelques années d’une sclérose en plaques et d’une neuropathie (non encore identifiée, touchant ses membres inférieurs).

 

Toutefois, l’expert médical désigné par le Parquet, a jugé compatible son état de santé avec son incarcération.

Dans la rue, la mobilisation des soutiens de l’islamologue s’accentue. Une centaine de personnes se sont réunies le jour de son audience devant le Palais de justice de la capitale française pour protester contre sa mise en détention.

 

Ailleurs, à Casablanca (Maroc), une conférence de solidarité avec le théologien qui a rassemblé plusieurs intellectuels et personnalités politiques, a été organisé par trois associations ayant de grandes affinités avec les cercles islamistes.

 

Parallèlement, c’est sur internet que les soutiens se comptent le plus et relaient la riposte. Cette dernière gravite autour du courant ‘‘ Résistance & Alternative ’’, qui a vu le jour en janvier dans le but de promouvoir la ‘‘ pensée ’’ du petit-fils du fondateur de la confrérie égyptienne des Frères musulmans, qui a constamment affiché un discours assez réformiste quand ses détracteurs y voyaient le projet ‘‘ d’un islam politique ’’.

Les proches du professeur genevois ont lancé via les réseaux sociaux des comptes #FreeTariqRamadan. Derrière ce mot-clé, une tempête de tweets ‘‘ Tweetstorm ’’ a été lancée. Une pétition en ligne a permis de récolter plus de 100 000 signatures en faveur de la libération du professeur.

 

 

S’indignant dans deux vidéos, l’épouse de l’islamologue sort de son silence

 

Sur sa page Facebook officielle, le comité de soutien relaye deux vidéos de madame Iman Ramadan d’habitude très discrète. Le deux vidéos ont respectivement été visionnées près de 700 000 fois et 170 000 fois.

Dans le second enregistrement, l’épouse argue ‘‘ Il y a toute raison de s’interroger et de se demander si derrière toute cette histoire, il n’y aurait pas une vrai volonté médiatique et politique à garder mon mari en cellule ’’.

 

Plusieurs militants de ‘‘ l’anti-racisme politique ’’ ou d’un islam identitaire ont signé une tribune faisant appel à une justice égalitaire et impartiale.

Quant aux recteurs Kamel Kabtane et Azzedine Gaci, ont pu surprendre en revendiquant la ‘‘ Libération immédiate’’ du théologien, victime selon eux ‘‘ d’un violent lynchage médiatico-politique ’’.

De son coté, Amar Lasfar, président de la Rencontre annuelle des Musulmans de France (ex-UOIF) a fait part de son vif espoir que le conférencier soit bientôt blanchi et libéré de prison… Jusqu’à preuve du contraire, il reste innocent ’’.

Author: John Smith

Share This Post On