Fini le plastique jetable dans les cantines, Enfin !

La tendance actuelle dans la restauration scolaire, consiste à intégrer des produits bio et issus de la production locale dans les cantines. Plusieurs écoles en France ont commencé à s’y mettre mais les repas sont toujours chauffés dans des barquettes en plastique.

« Il y a un objectif intéressant [sur le bio], mais en même temps ces efforts de bonne alimentation sont complètement inutiles si on fait courir un risque supérieur pour la santé de nos enfants. Plus les enfants sont jeunes, plus ils sont sensibles aux perturbateurs endocriniens. » a pointé une maman concerné

Les perturbateurs endocriniens

D’après l’Organisation mondiale de la santé il s’agit d’une « substance ou un mélange exogène, possédant des propriétés susceptibles d’induire une perturbation endocrinienne dans un organisme intact, chez ses descendants ou au sein de (sous)- populations. Cette catégorie est divisée en deux sous- catégories : la catégorie 2a pour les perturbateurs endocriniens suspectés et la catégorie 2b pour les perturbateurs endocriniens pour les substances possédant des indications de propriétés de perturbation endocrinienne. »

Ces perturbateurs endocriniens peuvent avoir une origine naturelle ou superficielle et ils peuvent perturber le fonctionnement des glandes endocrines, organes responsables de la sécrétion des hormones.

Lorsqu’ils sont chauffés, les plastiques peuvent dégager des substances chimiques comme le bisphénol A, phtalates, composés bromés et autres. A travers l’alimentation, l’ensemble de la population et précisément les enfants, sont exposés à ces molécules cancérigènes qui causent également des malformations ou la stérilité masculine.

Les barquettes plastiques dans les cantines

Les médecins, recommandent, l’interdiction de chauffer directement la nourriture dans des contenants en plastique. Les établissements scolaires sont tenus alors, de faire attention quant à l’utilisation de ces barquettes en plastique. Elles sont à usage unique et ne peuvent pas être recyclées, ce qui pose un véritable problème de déchets.

Pour la ville de Strasbourg, les plats sont élaborés par l’Alsacienne de Restauration, à Schiltigheim, et livrés « en liaison froide » dans les écoles, où ils sont réchauffés. Les barquettes utilisées sont garanties par le fabricant pour ne pas contenir de bisphénol A ou de phtalates et les fours sont réglés à une température maximale de 120 degrés (pour ne pas dépasser les 130 degrés de la garantie).

fini-le-plastique-cantines-scolaires

Des plats en Inox dans les cantines scolaires

La municipalité de Sable d’Olonne, a opté pour un prestataire qui utilise les plats en Inox « Le marché arrivait à terme et, lors de l’appel d’offres, nous avons changé pour un prestataire, Convivio, car il nous proposait le même service soit avec des plats en inox, soit en plastique. C’était exactement le même prix et cela permettait de répondre favorablement à une demande de certaines familles. Dans les établissements, cela a nécessité de changer certains fours qui étaient trop petits. Cela demande aussi un peu plus de travail au personnel, car il y a plus de nettoyage et de manutention, mais ce sont des ajustements minimes. C’est un choix qu’on ne regrette pas, le risque zéro n’existe pas. », explique Annie Comparat, adjointe au maire en charge des affaires sociales, de la jeunesse et des écoles.

Ainsi les grands acteurs de la restauration scolaire et collective sont appelés à prendre ces facteurs lors de la proposition de leurs offres dans les cantines scolaires. Parmi ces prestataires on trouve le leader de la restauration scolaire, Elior Group qui vient de recruter Cyril Capliez en tant que Directeur général adjoint de la stratégie, du développement, de l’innovation et des affaires publiques. Il est à noter que M. Capliez est également le vice-Président et Trésorier du Syndicat européen de la restauration collective Food Service Europe.

Author: John Smith

Share This Post On