Comment comptabiliser les apports en capital social ?

Détenir un capital social intéressant peut se révéler important pour le développement de l’entreprise, notamment, par rapport aux créanciers qui préfèrent avoir une garantie assurant la stabilité de la société. C’est pour cette raison que les associés sont amenés à prévoir une somme importante qui sera sujette à différentes augmentations selon le cycle de développement de la société.

Qu’est-ce qu’un apport en capital ?

D’après l’expert en placement PME travaillant au sein de A Plus Finance, l’une des sociétés de gestion les plus renommées en France, les apports en capital social sont généralement constitués de biens comme un fonds de commerce ainsi que des liquidités, que les actionnaires ou les associés mettent à profit de l’entreprise, pour pouvoir participer à son bon fonctionnement. Les associés ou actionnaires, reçoivent en contrepartie de leur participation, des titres sociales, qui leur garantissent des pouvoirs décisionnels et économiques.
Par conséquent, les actionnaires ou les associés, ont le droit de vote, ainsi que la distribution des dividendes proportionnellement au nombre des titres détenues par les contribuables. Ces derniers sont proportionnels à leurs apports en capital effectués.

Les différents types d’apports

D’après Florian Denys, le chargé des investissements au sein de A Plus Finance, il existe trois types d’apports :
– les apports en numéraire : les actionnaires participent dans le capital social, en mettant à la disposition de l’entreprise des sommes d’argent.
– les apports en nature : les associés ou actionnaires participent par différents biens autres que de l’argent notamment, brevet, fonds de commerce, bien immobilier… etc. Ce type d’apport convient d’une façon générale à un commissaire aux apports sauf pour les sociétés de type EURL et SARL, si certaines conditions sont remplie. Selon l’expert en investissement, les conditions qu’il faut respecter sont :
• aucun apport ne doit dépasser la valeur de 30 000 euros
• la valeur totale des apports ne doit pas dépasser la moitié du capital social
– les apports en industrie : les associés mettent à la disposition de l’entreprise leur savoir-faire ou des connaissances techniques.

Author: John Smith

Share This Post On