La détention du théologien suisse provoque une vague de soutien
Avr09

La détention du théologien suisse provoque une vague de soutien

 

Dans les milieux de l’islam militant, le maintien en détention de l’intellectuel suisse a déclenché un mouvement de protestation très actif.

Un incroyable élan de solidarité

 

Estimant que son droit à la présomption d’innocence bafoué et sans état de santé négligé, on constate que depuis plusieurs semaines des voix s’élèvent de plus en plus pour s’émouvoir du traitement judiciaire réservé au quinquagénaire genevois, Tariq Ramadan, mis en examen puis incarcéré pour ‘‘ actes immoraux ’’, et ce, depuis le 2 février. À l’audience du 22 février, la Cour d’appel de Paris, s’est prononcée sur le maintien en détention provisoire de l’intellectuel, qui ne cesse de clamer son innocence et de réclamer sa remise en liberté pour raisons médicales. Il affirme en effet, souffrir depuis quelques années d’une sclérose en plaques et d’une neuropathie (non encore identifiée, touchant ses membres inférieurs).

 

Toutefois, l’expert médical désigné par le Parquet, a jugé compatible son état de santé avec son incarcération.

Dans la rue, la mobilisation des soutiens de l’islamologue s’accentue. Une centaine de personnes se sont réunies le jour de son audience devant le Palais de justice de la capitale française pour protester contre sa mise en détention.

 

Ailleurs, à Casablanca (Maroc), une conférence de solidarité avec le théologien qui a rassemblé plusieurs intellectuels et personnalités politiques, a été organisé par trois associations ayant de grandes affinités avec les cercles islamistes.

 

Parallèlement, c’est sur internet que les soutiens se comptent le plus et relaient la riposte. Cette dernière gravite autour du courant ‘‘ Résistance & Alternative ’’, qui a vu le jour en janvier dans le but de promouvoir la ‘‘ pensée ’’ du petit-fils du fondateur de la confrérie égyptienne des Frères musulmans, qui a constamment affiché un discours assez réformiste quand ses détracteurs y voyaient le projet ‘‘ d’un islam politique ’’.

Les proches du professeur genevois ont lancé via les réseaux sociaux des comptes #FreeTariqRamadan. Derrière ce mot-clé, une tempête de tweets ‘‘ Tweetstorm ’’ a été lancée. Une pétition en ligne a permis de récolter plus de 100 000 signatures en faveur de la libération du professeur.

 

 

S’indignant dans deux vidéos, l’épouse de l’islamologue sort de son silence

 

Sur sa page Facebook officielle, le comité de soutien relaye deux vidéos de madame Iman Ramadan d’habitude très discrète. Le deux vidéos ont respectivement été visionnées près de 700 000 fois et 170 000 fois.

Dans le second enregistrement, l’épouse argue ‘‘ Il y a toute raison de s’interroger et de se demander si derrière toute cette histoire, il n’y aurait pas une vrai volonté médiatique et politique à garder mon mari en cellule ’’.

 

Plusieurs militants de ‘‘ l’anti-racisme politique ’’ ou d’un islam identitaire ont signé une tribune faisant appel à une justice égalitaire et impartiale.

Quant aux recteurs Kamel Kabtane et Azzedine Gaci, ont pu surprendre en revendiquant la ‘‘ Libération immédiate’’ du théologien, victime selon eux ‘‘ d’un violent lynchage médiatico-politique ’’.

De son coté, Amar Lasfar, président de la Rencontre annuelle des Musulmans de France (ex-UOIF) a fait part de son vif espoir que le conférencier soit bientôt blanchi et libéré de prison… Jusqu’à preuve du contraire, il reste innocent ’’.

Read More
Sécuriser son habitat : conseils et recommandations
Mar15

Sécuriser son habitat : conseils et recommandations

 

Observation !

D’après les statistiques, un cambriolage se produit toutes les 90 s. cela peut vous semblez énorme, mais c’est pourtant la triste réalité. Le nombre d’intrusions et de vols a fortement augmenté.
Aujourd’hui, les villas luxueuses ne sont plus uniquement à elles seules la visée des cambrioleurs, ce malheur peut arriver à n’importe qui, et n’importe quand.
En pleine journée ou durant les dix minutes où vous aller chercher vos enfants à l’école, certains malfaiteurs n’hésitent même plus à pénétrer dans la maison alors que les propriétaires y sont présents, endormis ou pas. Il faut savoir tout de même, que l’action de cambriolage ne dure en moyenne pas plus de 7 mn.
En pleine journée ou durant les dix minutes où vous aller chercher vos enfants à l’école, certains malfaiteurs n’hésitent même plus à pénétrer dans la maison alors que les propriétaires y sont présents, endormis ou pas. On parle d’intrusion dans un domicile, de violation de l’intimité des individus, dont certains mettent longtemps à s’en remettre.

Fort heureusement, des moyens existent aujourd’hui pour diminuer ces risques, les systèmes de sécurité et de vidéo-surveillance deviennent légion dans le domaine.
Même en dehors de chez soi, il est toujours possible de garder un œil sur son domicile pour s’assurer que tout se passe bien.
Quelques années en arrière, les caméras de surveillances étaient un concept nettement moins répandu, et pour cause, d’une part, leur prix onéreux et la complexité de leur installation, et d’autre part, les mentalités qui n’acceptaient pas l’idée d’accueillir un nouvel observateur dans leur domicile. Depuis, les produits se sont simplifiés, les prix sont devenus plus abordables et les mentalités se sont adaptées.

Sur le marché des caméras de surveillance, on retrouve plusieurs modèles ; des factices comme des vraies caméras, des très discrètes aux plus imposantes.
Les caméras factices, par leur faible prix, sont très tentantes. Elles laissent croire que c’est des vraies, certaines même disposent d’une petite lumière rouge pour rajouter plus de réalisme. Elles se posent n’importe où du fait qu’elle ne disposent pas de câbles.
N’empêche que ces caméras restent factices, en cas de problème vous n’aurez aucun enregistrement, malheureusement les cambrioleurs avec un peu d’expériences, se font rarement trompés, ils reconnaissent facilement les modèles de caméras factices.

Mieux vaut donc installer de vraies caméras de surveillances, pas besoins d’en mettre une dizaine, juste quelques-unes bien placées autour des différentes portes entrées et points de passage obligatoire, pour se munir d’un système de sécurité efficace.
À ce sujet, on vous recommande de visiter le site expert en High-Tech « On a testé pour vous », qui vous aide à bien choisir le système de vidéo-surveillance qu’il vous faut, en mettant à votre disposition une liste complète de tests et avis sur la meilleure caméra sans fil pour la sécurité intérieure de la maison.
 

Six pratiques pour renforcer la sécurité de votre famille

 

– N’exposez pas vos valeurs : vous venez d’acquérir le dernier cri en matière d’écran plat ? Avant de jeter la boite, pliez la bien. Autre exemple, même si vous très fier de votre nouvelle voiture de luxe, garez la le plus possible dans un garage, pour éviter d’attiser les regards extérieurs.

– Veillez à toujours verrouiller vos portes, même si vous êtes à l’intérieur de votre propriété ou que vous ne vous absentez que pour quelques minutes. C’est un réflexe à prendre, qui peut vous épargner certaines situations délicates.

– N’oubliez jamais votre trousseau de clés sur une serrure du coté intérieur, un combrioleur expérimenté pourrait facilement le faire tomber et les récupérer.

– Toujours, rangez vos outils de jardinage, le malfaiteur pourra s’en servir pour briser une fenêtre.

-Faites preuve d’intérêt quant à votre sécurité, en utilisant des serrures plus sécurisées et en évitant les portes d’entrées avec du verre autour des serrures.

– N’annoncez pas votre absence ; les cambrioleurs étudient bien le terrain, ils surveillent votre quartier avant de s’introduire. Ils remarquent l’heure à laquelle vous partez vous et vos voisins travailler. Évitez ainsi, d’annoncer votre départ en vacances sur les réseaux sociaux, vous partagerez vos belles captures à votre retour.

Si vous considérer l’achat d’un système d’alarme pour votre maison, n’hésitez pas à consulter le site expert « On a testé pour vous.fr » pour vous aider à faire le bon choix de caméras de surveillance.

Read More
   Quel appareil photo pour faire de la macro ?
Fév26

   Quel appareil photo pour faire de la macro ?

 

   La photographie rapprochée :

Le programme Macro (ou Gros Plan) permet la prise de vue rapprochée, de quelques centimètres à quelques dizaines de centimètres en fonction des appareils et de la focale.

La mise au point se fait en continu, ce qui permet de déplacer l’appareil pour obtenir le bon cadrage.

Le programme favorise une vitesse d’obturation rapide. Mais compte tenu du grossissement élevé, il est préférable d’utiliser un pied pour éviter le flou dû au mouvement.

   Fonds réfléchissants et contre-jour :

Quand l’environnement réfléchit fortement la lumière (sable, reflets du soleil dans l’eau, neige, etc.), l’automatisme de mesure de l’exposition cherche à rétablir l’équilibre et l’image résultante s’avère trop sombre.

L’appareil est, en effet, conçu pour exposer correctement des scènes ayant un taux de réflexion moyen (18 %).

Paradoxalement, il faut donc chercher à surexposer l’image pour obtenir une image correctement exposée.

Pour cela, il faut régler la compensation d’exposition à +1 ou +2 IL.

De nombreux appareils disposent d’un programme spécifique plage/ neige qui assure automatiquement ce réglage (pour plus d’informations, vous pouvez consulter le guide d’achats “on a testé pour vous”, vous allez trouver le guide des Meilleur appareil photo hybride pas trop cher).

Retrouvez toute l’actualité High-tech sur “on a testé pour vous”. Découvrez les tendances de demain des logiciels, des applications, des produits…

 

Inversement, pour des sujets sur fond sombre, il faudrait sous-exposer l’image par une compensation de -1 à -2 IL.

Au lieu d’utiliser la correction d’exposition (qu’il ne faut pas oublier de désactiver après la prise de vue…), une autre approche consiste à mesurer l’exposition sur une zone précise de l’image, en utilisant le mode de mesure par point, disponible sur certains appareils.

La mesure doit être mémorisée comme la mise au point avant recadrage et déclenchement.

 

Le contre-jour peut se gérer comme les environnements réfléchissants, avec une compensation d’exposition positive, cependant moins élevée.

Par exemple, si le ciel est dominant dans l’image, l’appareil expose correctement le ciel, mais le sujet ou le premier plan apparaît trop sombre.

 

  Réglages de l’image et effets :

Les appareils photo, de plus en plus sophistiqués, intègrent de nombreux réglages avant ou après la prise de vue.

Le menu de configuration permet généralement de régler avant la prise de vue le contraste des images, leur piqué (netteté) et la saturation (vivacité) des couleurs.

La fonction de recadrage exploite un zoom sur l’écran de contrôle et permet de générer des copies d’images recadrées.

 

    Appareil photo numérique (compact) :

Les appareils numériques compacts de “Nikon” et “Canon” disposent d’un mode “macro” ou “super macro”.

Certains de ces appareils proposent également un mode macro “numérique” (pour créer un gros plan, l’appareil grossit numériquement le centre de l’image).

Dans le cas où, l’appareil vous donne le choix entre une vue en temps réel ou un viseur optique du sujet sur l’écran, privilégiez cette première solution.

Comme ça, vous évitez les problèmes de parallaxe qui peut survenir au niveau du viseur.

 

Read More
   Soins transculturels : un impératif pour l’infirmière du 21e siècle
Fév19

   Soins transculturels : un impératif pour l’infirmière du 21e siècle

 

 

  Soins infirmiers congruents à la culture

Le terme de soins infirmiers congruents à la culture désigne les soins qui s’appliquent à une situation clinique donnée.

Ce terme se rapporte également au processus, certes complexe, visant à intégrer le savoir-être, le savoir-faire et le savoir lui-même.

Ce processus permet à l’infirmière de planifier les soins, de les donner et de les évaluer en tenant compte le plus possible des spécificités culturelles de la personne.

Dans le système de santé, comme dans la société en général, l’infirmière entre en contact avec des personnes qui ne sont pas toutes issues du même horizon culturel.

Les normes, les valeurs, les cadres de référence diffèrent, ainsi que les préférences, les besoins en matière de santé, les façons d’y recourir et, enfin, les manières de se soigner.

Filiassur assurance évalue ces particularités et en tient compte dans la mesure du possible, en respectant les normes de la personne à soigner, tout autant que celles de l’infirmière et de l’établissement, afin de fournir des soins appropriés et de qualité.

Les normes relatives à l’adaptation culturelle adoptées par Filiassur assurance jouent un rôle crucial dans la prestation des soins congruent à la culture.

Ainsi, les règlements relatifs aux visites (nombre, fréquence et durée) pourraient comporter une certaine souplesse ; par ailleurs, des services d’interprétariat, fournis entre autres par la Banque interrégionale d’interprètes de l’agence de la santé et des services sociaux de la France, devraient être offerts et utilisés aussi souvent que nécessaire.

Les établissements sont de plus en plus sensibilisés à la diversité des habitudes et des régimes alimentaires ; ils favorisent la mise en place d’un environnement où certaines pratiques en matière de médecine traditionnelle, de spiritualité et de religion pourraient également être respectées et encouragées.

Des chercheurs ont élaboré un modèle destiné à guider l’infirmière dans sa prise en compte des particularités culturelles de la personne et de sa famille.

Ce modèle sert à planifier et à évaluer les soins infirmiers. Selon ces chercheurs, les dimensions pertinentes sont la communication, l’espace, l’orientation temporelle, l’organisation sociale, l’environnement et les variations biologiques.

Pour créer un environnement propice aux soins congruents à la culture et au respect des personnes issues d’autres horizons que celui de l’infirmière, il est important de communiquer efficacement, en se servant non seulement des mots, mais aussi du langage du corps et d’autres signaux comme le ton et la force de la voix.

En effet, les relations entre l’infirmière et la personne sont tributaires de la capacité de comprendre et d’être compris, indépendamment de la complexité de la situation clinique.

On parle approximativement 120 langues au Québec, l’anglais étant après le français la langue utilisée par le plus grand nombre de personnes.

Cependant, il est important que les infirmières disposent de stratégies et d’outils qui leur permettent de communiquer efficacement lors d’une situation de soins comportant une distance linguistique.

Par exemple, avant de recourir aux services d’un interprète, on doit savoir à quel type d’interprète on veut s’adresser.

Il faut faire la différence entre les interprètes qui ont reçu une formation et les membres de la famille ou les amis.

Le choix d’un interprète repose sur plusieurs facteurs, entre autres sur les connaissances que possède l’infirmière des règles déontologiques dictées par sa profession, ainsi que des mesures mises en place par l’établissement de soins, favorisant ou non l’accès aux ressources d’interprétariat.

Certains signes permettent de détecter les obstacles linguistiques potentiels ou de déterminer l’inefficacité de la communication.

Read More
Quand les célébrités et les stars de la télé nous parlent de leurs succès
Jan30

Quand les célébrités et les stars de la télé nous parlent de leurs succès

 

Personne ne peut imaginer que la plupart des célébrités d’aujourd’hui faisaient face à des multiples échecs durant leurs vies et qu’ils ne sont devenus ce qu’ils sont aujourd’hui que grâce à leur persévérance et à leur travail acharné.

Qui pourrait par exemple croire qu’Albert Einstein, le génie de tous les temps a débuté son existence par retard de la parole et de la lecture jusqu’à être soupçonné de déficience mentale ?

Souffrant de cette ambiguïté, il fut d’abord renvoyé de l’école normale et quelques années après, il se fut refusé l’entrée à l’école polytechnique. Mais quand même, il persista jusqu’à obtenir le prix Nobel et changea le visage de la visage de la physique moderne.

Harrison Ford également a de quoi être fier. Qualifié de déficient des qualités qui forment une star cinématographique lors de son premier film.

Loin de se laisser influencer, il peut fièrement afficher une éblouissante réussite dans son art. Il est devenu le portrait emblématique des films de caractères et ayant une flopée de succès cinématographiques à son actif.

Thomas Edison l’inventeur, le scientifique et l’industriel américain a aussi connu l’échec avant de savourer la réussite.

De l’échec à la célébrité : l’art de surmonter ses insuccès

Congédié deux fois et accablé d’être trop stupide pour apprendre quoi que ce soit, il fit l’invention de l’ampoule électrique du-quelle nous jouissant actuellement.

L’apparition de la première ampoule contemporaine fut le fruit d’un acharnement venant de bout des milliers de tentatives infructueuses successives.

Nous vous pouvons pas ne pas parler de l’histoire de cette légende de la NBA, Michael Jordan.

Passionné dès son jeune âge par cette activité sportive, Jordan a été à maintes reprises écarté de l’équipe de son lycée. « J’ai raté 9000 tirs dans ma carrière. J’ai perdu presque 300 match. 26 fois, on  m’a fait confiance pour prendre le tir de la victoire et j’ai raté. J’ai échoué encore et encore et encore dans ma vie. Et c’est pourquoi je réussis. » Déclara-t-il !

Parlons maintenant d’une de ces stars de la télévision française, celle qui a su se faire imposer dans un univers aussi vaste que mystérieux malgré ses nombreuses tentatives, c’est d’Audrey Crespo-Mara que nous vous parlons.

Commençons sa carrière professionnelle en tant que remplaçante de la présentatrice Anne-Claire Coudray pour les JT du week-end, Audrey Crespo-Mara, la compagne de  Thierry Ardisson a su profiter de cette chance en mettant tous ses atouts en œuvre pour devenir dès lors un visage familier pour des millions de Français.

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Read More
    La persuasion de l’actualité télévisée
Jan03

    La persuasion de l’actualité télévisée

La problématique de la persuasion apparaît comme l’un des sujets des plus préoccupants.

En effet, la persuasion est depuis toujours au cœur, de l’étude de la communication, et on aurait tort à l’heure actuelle de prétendre que grâce aux nombreuses et diverses recherches réalisées dans ce domaine, avoir fait le tour de cette question.

Au contraire, tout laisse à penser que cette problématique ne cesse de hanter les chercheurs et, malgré d’innombrables études, on se trouve face à l’un des problèmes des plus énigmatiques des sciences sociales.

Raymond Boudon (un sociologue français) met en garde contre l’application mécanique du modèle de la persuasion à la communication humaine, car ce qui est considéré comme valable pour les machines, peut ne pas fonctionner concernant le processus humain.

Cette indifférence est liée justement à la “nature” même du récepteur humain, qui ne se contente pas passivement les messages, mais qui y réagit.

S’appuyant sur divers exemples empiriques, il montre que les processus normaux de cognition et de communication, s’ils permettent la diffusion d’idées valides, fondées et vraies, peuvent aussi en engendrer d’invalides et de fausses.

Alban Bouvier (philosophe et sociologue français) fournit une analyse fine sur la place de l’étude de l’argumentation en sciences sociales.

Il propose (travers les trois grandes traditions de recherche sociologiques classiques) une approche féconde à l’analyse des processus de croyance au fondement des décisions.

 

 Média : moteur de la persuasion

Audrey Crespo-Mara, journaliste-présentatrice française, pense que le rôle des mass médias, fait partie parallèlement aux problèmes de la protection de l’environnement et à celui de la pollution, des questions les plus importantes de notre époque.

Effectuant un bilan concernant l’impact des médias sur l’opinion publique, elle remarque que grâce à des solides méthodes (l’analyse de contenu et les sondages d’opinion), la recherche a certes beaucoup progressé au cours de ces dernières années, et acquis de solides bases.

Mais, elle doit encore se débarrasser de nombreux préjugés qui interdisent toute analyse sérieuse.

Audrey Crespo-Mara, traite également, des effets persuasifs par rapport au comportement politique.

Cette dernière constate, que s’il existe un lien entre l’effet des médias et le comportement électoral, on doit cependant tenir compte de leur interaction avec d’autres variables qui pèsent sur leur amplitude.

Thierry Ardisson, à travers son analyse de l’opinion publique, fournit un point de vue sur la question.

Ce dernier pense, que l’opinion publique n’existe que sous la forme d’un discours rapporté par les médias ou les hommes politiques.

La présentatrice phare de la télévision française “ACM”, suggère que l’objectif des mass médias, outils culturels éminemment efficaces, va bien au-delà de la simple information ; leur but ultime vise à faire partager des images communes.

Elle suggère que le silence des médias sur un sujet peut servir de moyen de persuasion au même titre qu’un message.

 

Read More